Barbara Hendricks

& her Blues Band The Road to Freedom

Je 10.03.22 à 20h30

En route pour la liberté avec un cicérone de marque: Barbara Hendricks. Cantatrice de renom mais aussi amoureuse de jazz, elle nous invite à remonter aux sources du blues et du gospel, le temps d’un concert entrecoupé de citations de Martin Luther King. Lumineux et nécessaire.

FIFDH


Accueil réalisé en collaboration avec le FIFDH

DURÉE
1h30
TARIFS
Plein 50 | Réduit 45 | Mini 25

Cantatrice de renom, Barbara Hendricks reçoit en 1994 une invitation décisive de Claude Nobs. Le créateur du festival de Montreux convie alors la grande dame de l’art lyrique à faire ses premiers pas dans l’univers du jazz. Depuis, le goût de la note bleue ne l’a jamais quittée, qui l’a amenée par un mouvement naturel à remonter aux origines de ce courant, le blues.

Aujourd’hui, Barbara Hendricks retrace dans The Road to Freedom le rôle que le blues et le gospel ont joué au cours des soubresauts de l’histoire états-unienne, en mémoire des activistes qui ont combattu pour les droits civiques. Un moment d’émotion rare– et d’autant plus nécessaire en nos temps de crispations identitaires– entrecoupé de citations de Martin Luther King. La lutte, qu’elle soit musicale ou politique, continue.

Voix Barbara Hendricks
Piano et orgue Hammond Mathias Algotsson
Guitare Max Schultz
Guitare et création lumières Ulf Englund
Régisseuse son Céline Grangey
Producteurs Olivier & Annick Casaÿs

«Après des incursions sur les terres d’un Duke Ellington ou d’une Billie Holiday (entre autres), Barbara Hendricks s’est emparée du répertoire du blues, aux origines du jazz.»

Christine Ducq, larevueduspectacle.fr

 

«The Road to Freedom est un album passionnant, déchirant et vibrant avec un message fort, mêlant blues et autres protest song à travers des musiques émotionnelles rappelant la lutte des esclaves pour la liberté, la fin de la ségrégation raciale ou encore le mouvement des droits civiques. Avec des inspirations de Rosa Parks à Martin Luther King.»

Elodie Suigo, francetvinfo.fr

 

«J’avais un talent, c’était indéniable. Mais l’idée d’exploiter ce privilège pour flatter mon ego ou gagner de l’argent ne me satisfaisait pas. Et chanter me procurait un plaisir si intense qu’en bonne fille de pasteur protestant, je me sentais presque coupable à l’idée d’en faire mon métier. Il me fallait une motivation plus grande, plus noble, plus inspirante. Quelque chose qui me dépasse.»

Barbara Hendricks interrogée par Annick Cojean, Le Monde

Barbara Hendricks