Hors-scène
Saison 2017-2018
.

Une question d’espoir

Le théâtre n’est pas séparé du monde. Qu’il relève ou non du genre documentaire, il reflète les tensions, les contradictions, l’esprit du temps dans lesquels s’inscrit la représentation. Orphée, Cassandre, les frères ennemis, le traître sont autant de figures nocturnes qui projettent sur la scène l’ombre portée des périls qui menacent notre époque.

Face à l’adversité, alors que le quotidien semble toujours plus âpre, la tentation est grande de détourner notre regard. Se divertir, s’étourdir, se saouler, sinon que faire? Comme dirait Romain Gary, il se pose là une question d’espoir.

Les artistes – grâce leur soit rendue! – nous incitent à inventer l’avenir autrement. Capteurs hypersensibles des ondes terrestres, ils embrassent le présent dans ses couches successives pour nous le restituer sous des formes nouvelles, parfois sombres et troublantes, parfois joyeuses, jubilatoires, éblouissantes. Comme à la surface d’une bulle de savon, le réel s’y mire, se colore, se déforme, épouse les vibrations de l’air, s’envole, brille encore un peu, puis se dissout, éclate en gouttes minuscules, tandis qu’une nuée de bulles s’élève ailleurs pour nous donner d’autres nouvelles du monde.

À chaque fois qu’un artiste nous rend visite, j’ouvre grand mes écoutilles: il se pourrait que dans sa bulle se dessine l’avenir dont je rêve. C’est une question d’espoir.


Anne Brüschweiler
Directrice

À l'affiche