Théâtre
Ça ira (1) Fin de Louis
Joël Pommerat
Mardi 2 et mercredi 3 mai 2017 à 19h au Bâtiment des Forces Motrices

DURÉE 4h20 avec entractes
TARIF
Plein 50 / 40 | Réduit 40 / 30 | Mini 25 /20
Pass Forum 35 / 25 | Pass Éco 25

au Bâtiment des Forces Motrices, 2 place des Volontaires, 1204 Genève

Joué en costume contemporain devant un public transformé en assemblée populaire, Ça ira nous plonge dans l’intimité de la Révolution française. Pour rendre le spectateur partie prenante de ce moment d'histoire qui dépasse ses quelques événements saillants (Prise de la Bastille..), Pommerat fait de la salle sa scène et vice-versa. Une superbe leçon d’histoire, de politique, et de théâtre évidemment.

L'essentiel

Qu’est-ce que vivre ensemble?

S’il y a un auteur contemporain dont il faut suivre le travail et célébrer le talent, c’est bien Joël Pommerat. Depuis quinze ans, ses créations offrent une écriture lyrique, puissante et intense, servie par des mises en scène et des comédiens remarquables. Aujourd’hui, le dramaturge et metteur en scène français monte encore son niveau d’un cran. Joué en costume contemporain devant un public transformé en assemblée populaire, Ça ira nous plonge dans l’intimité de la Révolution, dans les assemblées nationales, les comités de quartier et dans le cercle du roi.

Vue de Suisse, la Révolution française n’apparaît généralement que par le biais de quelques épisodes spectaculaires: la prise de la Bastille, les têtes des nobles au bout des piques, le guillotinage de Louis XVI ou encore les purges de la Terreur. Mais comment tout cela est-il arrivé? Comment des hommes civilisés en sont-ils venus à commettre autant d’actes barbares? Le dispositif imaginé par Pommerat est imparable: des comédiens sont mêlés aux spectateurs, vont et viennent dans les travées, prennent la parole dans des débats qui se déroulent sous nos yeux. Et nous voilà parties prenantes de décisions cruciales, témoins d’aveuglements coupables et de manipulations arrogantes. Toute ressemblance à ce que l’on peut voir et entendre aujourd’hui, en France comme ailleurs, étant loin d’être fortuite. Une superbe leçon d’histoire et de politique.

Générique

Une création théâtrale de Joël Pommerat
Avec Saadia Bentaïeb, Agnès Berthon, Yannick Choirat, Éric Feldman, Philippe Frécon, Yvain Juillard, Anthony Moreau, Ruth Olaizola, Gérard Potier, Anne Rotger, David Sighicelli, Maxime Tshibangu, Simon Verjans, Bogdan Zamfir
Scénographie et lumières Éric Soyer
Costumes et recherches visuelles Isabelle Deffin I Perruques Estelle Tolstoukine
Habillage et couture Élise Leliard, Claire Lezer, Lise Crétiaux et l’équipe de Nanterre-Amandiers
Renfort perruques Julie Poulain
Son François Leymarie
Recherche musicale Gilles Rico
Recherche sonore et spatialisation Grégoire Leymarie et Manuel Poletti (MusicUnit/Ircam)
Dramaturgie Marion Boudier
Collaboration artistique Marie Piemontese, Philippe Carbonneaux
Assistante à la mise en scène Lucia Trotta
Conseiller historique Guillaume Mazeau
Assistant dramaturgie et documentation Guillaume Lambert
Renfort dramaturgie et documentation Marie Maucorps
Renfort conseil historique Aurore Chery
Direction technique Emmanuel Abate
Construction décors Ateliers de Nanterre-Amandiers
Construction mobilier Thomas Ramon – Artom
Réalisation accessoires Jean-Pierre Costanziello, Mathieu Mironnet, Pierre-Yves Le Borgne
Régie lumières Julien Chatenet ou Gwendal Malard I Régie son Grégoire Leymarie
Régie plateau Jean-Pierre Costanziello, Mathieu Mironnet, Pierre-Yves Le Borgne
Habilleuses Claire Lezer ou Siegrid Petit-Imbert, Lise Crétiaux

Production Compagnie Louis Brouillard
Coproduction Nanterre-Amandiers, Centre Dramatique National, Le MANEGE-MONS/Scène transfrontalière de création et de diffusion, Mons 2015/Capitale européenne de la Culture, Théâtre National/Bruxelles, ESACT/Liège, Mostra Internacional de Teatro/Sao Paulo, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, MC2/Maison de la Culture de Grenoble, La Filature/Scène nationale de Mulhouse, Espace Malraux/Scène nationale de Chambéry et de la Savoie, Théâtre du Nord/CDN Lille-Tourcoing-Nord-Pas-de-Calais, FACM/Festival théâtral du Val d’Oise, L’apostrophe/Scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise, Théâtre français du Centre national des Arts du Canada/Ottawa, Théâtre National Populaire/Villeurbanne et Célestins/Théâtre de Lyon, Le Volcan/Scène nationale du Havre, Le Rive Gauche/Scène conventionnée de St Etienne du Rouvray, Bonlieu/Scène nationale d’Annecy, le Grand T, Théâtre de Loire-Atlantique/Nantes
Avec le soutien de la SACD

Revue de Presse

« Savant, le spectacle est sensible, vivant. La profondeur n’interdit pas l’humour. En témoignent des séquences d’anthologie : le meeting de Louis XVI, façon « show-biz », avec animateur et musique tonitruante ; la femme du peuple qui veut son « selfie » avec le Roi qu’elle implore de revenir à Paris ; la députée « réactionnaire » poursuivant imperturbablement son discours malgré les seaux d’eau et de yaourt, versés sur sa tête ; la journaliste d’une chaîne d’info hispanisante, en quête de « petite phrase ».
Didier Méreuze, La Croix

« C’est une pièce où s’éprouve le pouvoir du discours, l’importance des mots et qui résonne ainsi violemment à nos oreiles contemporaines trop remplies de langues creuses. »
mouvement.net

« Le cœur du projet de Joël Pommerat, c’est d’avoir voulu décaper le mythe, les images d’Epinal, pour revenir à la source. (…) Le Ça ira de Pommerat, c’est la Révolution à hauteur d’homme, ces hommes ordinaires qui, peu à peu, pas à pas, font l’Histoire, dans les comités de quartier ou à l’Assemblée nationale. »
Fabienne Darge, Le Monde

« Le nouveau spectacle de Joël Pommerat ne dure que 4h10 et comme dirait Lucette, « on ne voit pas le temps passer ». Signe d’un théâtre à vif et d’un souffle qui nous entraîne. »
Jean-Pierre Thibaudat, blogs.mediapart.fr

« Entre ici, spectateur, pour devenir un acteur de l’Histoire ! »Ou, du moins, pour vivre une expérience théâtrale passionante, qui plonge au cœur de la parole et du combat politiques. »
Fabienne Darge, Le Monde

« C’est terriblement bien fait et efficace, pour résonner aujourd’hui en 2015. »
Thierry Florile, France Info

« Rien de gratuit, d’appuyé dans cette transposition fascinante, qui respecte la vérité historique. Tous les débats philosophiques et politiques depuis deux siècles sur la liberté, l’égalité, la justice, l’autorité de l’État… brillent d’un éclat nouveau. »
Philippe Chevilley, Les Echos

À l'affiche